Archives pour le mot-clé «réseau»

Synchronisation de l’horloge via NTP

Ces ins­truc­tions, valables pour Sola­ris 10, devraient égale­ment l’être pour Open­So­la­ris. Les remarques concer­nant l’usage de ntp et ntp­date sont égale­ment valables pour Linux.

La syn­chro­ni­sa­tion de l’horloge de la machine est réa­li­sée grâce à NTP, le « Net­work Time Pro­to­col ». Il faut com­men­cer par créer le fichier /etc/inet/ntp.conf et spé­ci­fier une adresse IP (pas de host­name !) de ser­veur avec lequel il faut synchroniser.

server 192.168.1.1

Il reste à acti­ver le service.

# svcadm enable svc:/network/ntp

Il est vive­ment décon­seillé de syn­chro­ni­ser direc­te­ment avec la com­mande ntp­date dans un cron car :

  1. ntp­date ne syn­chro­nise pas l’horloge de la machine avec l’heure du système.
  2. On sur­charge les ser­veurs car tous les clients vont se syn­chro­ni­ser simul­ta­né­ment à cause du cron. Le dea­mon ntp syn­chro­nise quant à lui de manière aléatoire.
  3. Le dae­mon ntp uti­lise des algo­rithmes sophis­tiqués et de la sta­tis­tique afin de déter­mi­ner la dérive de l’horloge (le « drift ») et peut com­pen­ser même si le réseau tombe.
  4. Le dae­mon cor­rige de manière conti­nue, par petits incré­ments. ntp­date change l’heure de manière bru­tale et cer­tains ser­vices risquent de ne pas appré­cier (Oracle, SAP…)
  5. La vali­dité de l’heure sys­tème n’est pas garan­tie entre deux ntpdate.

Par contre, ntp­date peut être uti­lisé pour la syn­chro­ni­sai­ton ini­tiale de l’heure ainsi que lors du boot. La syn­taxe est :

# ntpdate 192.168.1.1

Note : L’activation du ser­vice ntp pro­voque auto­ma­tique­ment l’appel de cette commande.

Intel 2200BG et les 13 canaux européens

Beau­coup de cartes WiFi Intel 2200BG ven­dues avec des por­tables Cen­trino en Europe sont des modèles U.S. Ces adap­ta­teurs sans fil ne res­pectent pas la légis­la­tion euro­péenne des 13 canaux (2400 — 2483,5 MHz). Quand je dis “ne res­pectent pas”, il faut com­prendre qu’ils satis­font à une norme plus res­tric­tive de la FCC amé­ri­caine, à savoir 11 canaux.

Heu­reu­se­ment, une modi­fi­ca­tion per­met d’étendre la plage de fréquence de ces cartes. Il suf­fit de chan­ger quelques bytes dans l’EPROM repré­sen­tant la zone pour laquelle le pro­duit est des­tiné. Pour ce faire, vous aurez besoin des sources du modules IPW2220 pour Linux, pat­chées de manière à per­mettre l’écriture dans l’EPROM. Il vous fau­dra égale­ment le live cd Knop­pix 4.0.2 EN.

Atten­tion, cette modi­fi­ca­tion n’est légale que si la légis­la­tion en vigueur dans votre pays l’autorise, comme c’est le cas en Bel­gique et en France. Voici le lien vers le docu­ment légis­la­tif sur le site de l’IBPT pour la Bel­gique. En France vous pour­rez vous ren­sei­gner sur le site de l’ART.

Sachez que cette modi­fi­ca­tion annu­lera pro­ba­ble­ment la garan­tie et que je ne peux être tenu res­pon­sable des dom­mages qui pour­raient être occa­sion­nés à votre matériel.

Passé ces consi­dé­ra­tions, si vous êtes toujours là, nous pou­vons commencer :

  1. Télé­char­gez le cd Knop­pix 4.0.2 EN
  2. Gra­vez l’ISO avec votre pro­gramme favori
  3. Redé­mar­rez votre PC et démar­rez sur le CD
  4. Tapez “Enter” au prompt
  5. Une fois le sys­tème lancé, ouvrez une console root
  6. #mkdir /usr/tmp
  7. #cd /usr/tmp
  8. #wget http://fx.cz/sklad/intel/ipw2200-1.0.3.tgz
  9. #tar xvfz ipw2200-1.0.3.tgz
  10. #cd ipw2200-1.0.3
  11. #sh unload
  12. #sh load
  13. L’EPROM est main­te­nant acces­sible en écri­ture. Il vous faut ensuite déter­mi­ner l’interface réseau cor­res­pon­dant à la carte WiFi grâce à la com­mande “iwconfig”.
  14. Vous pou­vez main­te­nant faire un dump de l’EPROM à l’aide de la com­mande eth­tool en pre­nant soin de rem­pla­cer “X” par l’interface trou­vée au point pré­cé­dent.
    #eth­tool –E ethX
  15. Le résul­tat res­semble à ceci (256 bytes de valeurs hexadécimales) : 
    Offset Values
    ------ ------
    0x0000 02 a5 00 80 20 42 86 80 02 27 86 80 18 00 01 03
    0x0010 00 dc 22 c8 00 40 01 13 00 00 00 05 00 00 00 00
    0x0020 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
    0x0030 00 00 00 00 30 30 30 45 33 35 xx xx xx xx xx xx
    0x0040 26 38 00 0e 35 xx xx xx 00 46 00 01 5a 5a 52 00
    0x0050 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
    0x0060 0c 00 00 00 00 00 01 00 00 00 00 00 00 00 03 00
    0x0070 33 30 34 41 44 00 00 00 00 43 37 32 39 39 34 30
    0x0080 30 31 00 00 0e 15 f3 30 03 01 d2 05 82 ff 00 00
    0x0090 12 14 12 00 0d 00 0f f0 00 00 00 0f 00 0f f0 00
    0x00a0 00 00 00 00 00 00 00 00 f9 00 00 00 00 00 00 00
    0x00b0 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
    0x00c0 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
    0x00d0 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
    0x00e0 00 00 00 00 04 00 01 00 00 00 00 01 00 00 00 00
    0x00f0 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
  16. Vous pou­vez main­te­nant éditer l’EPROM en entrant les com­mandes sui­vantes :
    #eth­tool –E ethX magic 0x2200 off­set 0x4c value 0x5a
    #eth­tool –E ethX magic 0x2200 off­set 0x4d value 0x5a
    #eth­tool –E ethX magic 0x2200 off­set 0x4e value 0x52
  17. Une fois que vous avez effec­tué les chan­ge­ments, vous pou­vez les véri­fier en fai­sant à nou­veau un dump.

N’éditez jamais les posi­tions 0x40 ou 0x41 !! Il s’agit de check­sums et les modi­fier ren­drait votre carte inuti­li­sable. Lais­sez le module pat­ché gérer cela, il les cal­cu­lera et les ren­trera pour vous.

Les pilotes Win­dows devraient main­te­nant recon­naitre les canaux sup­plé­men­taires. Si ce n’est pas le cas, il vous fau­dra les réins­tal­ler avec la der­nière ver­sion à jour.

Source